"Clearstream": Sarkozy surjoue la victime

Publié le par blog-politique

Excessif:   Trait de caractère bien identifié du patron de l'UMP. Illustration:  l'affaire Clearstream.

Victime innocente et candide : le rôle est plutôt inhabituel pour un Nicolas Sarkozy plus à l'aise dans le costume d'un picador, d'un candidat de la rupture. Du coup il surjoue.

En écoutant Gérard Longuet (intime de Sarkozy), on imagine la stratégie que pourrait cacher ce rôle de composition... Le gouvernement peut rester en l'état, estime Gerard Longuet,   "si la confiance reste...Si les gens autour de la table peuvent encore se regarder dans les yeux"... Sinon? Sinon le gouvernement explose, et offre du même coup une porte de sortie idéale à un ministre de l'intérieur méritant mais victime d'une machination ourdie par ses frères ennemis. Explication hypothétique de l'affaire en cours étayée par l'avis d'un expert: Michel Charasse

La ficelle paraît encore plus grosse lorsqu'on écoute ce proche de François Mitterrand et témoin privilégié des affaires les plus sombres de l'ère socialiste. Il juge - en substance - que l'affaire Clearstream est une bien petite affaire d'état qui fait beaucoup trop de bruit pour pas grand chose...

Ainsi donc de révélations en révélations, " en tant que victime faisant confiance à la justice pour découvrir la vérité" , Nicolas Sarkozy attendrait juste le bon moment pour se drapper dans son honneur et quitter le bateau gouvernemental....

Antonin André

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

malastar 28/08/2006 17:09

Normal ?

Pour moi , il apparait normal que Sarkozy joue la victime . En effet celui-ci a entendu longtemps pouvoir jouer ce role . On lui repprocherait d'instrumentaliser l'affaire ??? Mais n'est-ce pas "normal" en politique ? Non me direz-vous , en politique , on a l'habitude de faire cela en famille , en envoyant un nouveau coup tordu à l'adversaire . Aussi le fait que Nicolas Sarkozy est décidé de porter plainte et de régler ça au grand jour est pour moi un pas dans le bons sens , c'est à dire vers une plus grande transparence pour le citoyen . Aprés , on ne peut demander à un homme d'être autre chose que ce qu'il est , c'est à dire un homme , homme qui cherchera toujours à tirer la couverure sur soit et à "descendre" ses adversaires . Aussi pour moi Villepin n'avait pas prévu peut-être que Sarkozy porterait plainte et attendrait sagement que cette affaire emporte Villepin et ce sans avoir lancé de coup fumeux à son encontre . En étant en RUPTURE avec les pratiques habituelle du pouvoir ( laver son linges sales en famille ) il a une nouvelle fois coupé l'herbe sous le pied de la chiraquie.

diaz-ulysse 28/08/2006 17:06

d'accord

Je suis d'accord avec votre analyse. Sarkozy en fait trop et il y a une stratégie derrière tout ça. De plus , on croirait à l'entendre qu'il est le seul à qui l'affaire Clearstream porte atteinte , or il y a d'autres hommes politiques qui étaient dans la même situation avec une affaire qui pouvait nuire à leur carrière politique (JP chevénement, L.Fabius, etc.). Aujourd'hui , Jacques Chirac dans son court discours a bien remis les choses (et sarkozy) à leurs places. Il y a les intérêts de la France d'un côté , qui n'attendent pas, et d'un autre côté , il y a les impatients qui sont déjà dans la campagne présidentielle ( 1 an avant !) au détriment de la France et dans des logiques d'ambitions personnelles pour lesquelles la fin justifie les moyens. Je me demande vraiment quelles seront les conséquences politiques pour Nicolas Sarkozy s'il est clairement établi par la justice que Dominique de Villepin est lui aussi victime du corbeau "gergorin" (si c'est lui) qui l'aurait instrumentalisé comme il a tenté d'instrumentaliser le juge qui a reçu les lettres anonymes. Si ce "scénario" se réalisait, il porterait un sévère coup à Sarkozy , dont la victimisation apparaîtrait alors comme une supercherie.