Villepin et la confiance ...

Publié le par blog-politique

Invité de Lci matin, François Fillon, le conseiller politique de Nicolas Sarkozy persiste et signe en déclarant qu‘on "n’ira pas jusqu’à l’été sans clarification", autrement dit qu’il faut qu’il n’y ait plus que ces soupçons qui pèsent sur le gouverrnement, sous entendu sur le premier ministre.

  Mardi soir c’est lui qui a présidé le bureau exécutif de l’UMP en l'absence de Nicolas Sarkozy . 

  D’après un participant à la réunion, François Fillon a plaidé en faveur d’un gouvernement de transiton     qui expédierait les affaires courantes d’ici la fin de la législature …   

Les amis de Dominique de Villepin voudraient, eux, que le premier ministre établisse un "contrat de confiance" sur l’action à mener pendant la durée précédant la campagne électorale .

Mais la confiance existe-t-elle encore entre le premier ministre et le groupe UMP ???

  Anita Hausser      

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

diaz-ulysse 28/08/2006 16:57

Fillon sans scrupules.

Fillon proche de Sarkozy, souhaite voir partir De Villepin. On sait donc qui tire les ficelles de tout ça, Sarkozy, lui-même au gouvernement. Que souhaiterais François Fillon en fait? que le gouvernement ne gêne pas un parti dans sa campagne présidentielle, rien de plus. La campagne de l'UMP d'abord , l'intérêt de la France ensuite; Mais comme toujours, les politiques ont la mémoire courte. Après le "Non" au référendum, un nouveau gouvernement a été nommé, car ce "Non" recouvrait bien d'autres réalités que l'opinion sur un texte. C'était aussi un mécontentement général qui s'exprimait. Le gouvernement Raffarin a donc tiré sa révérence, et avec lui Monsieur Fillon. Alors que Chirac, Raffarin avaient compris qu'il fallait faire un geste politique fort après le rejet de la constitution européenne par les français, Fillon , qui avait suscité un grand mécontentement dans le monde de l'Education, ne comprenait pas qu'il doive quitter le gouvernement. Il s'accrochait comme une moule aux rochers. Il n'a pas digéré de devoir quitter le gouvernement et a déclaré le jour même sur un ton vengeur qu'il serait le 1er soutien de Sarko pour la campagne présidentielle. Fillon n'a pas de leçons a donner sur les départs souhaitable du gouvernement, quand lui-même il ne songeait pas une seconde à le quitter après une défaite politique majeure marquée par le "non" à la constitution européenne.