Le dernier 14 juillet - de Jacques Chirac - du quinquennat

Publié le par blog-politique

La session parlementaire terminée, le 14 juillet reste le dernier rendez-vous important de la vie politique avant les vacances... Un rendez-vous présidentiel qui sera bien "le dernier de Jacques Chirac...du quinquennat" (pas forcément de la présidence Chirac) , précise un ministre chiraquien respectueux de la stratégie du "faux suspense" sur un éventuel nouveau mandat de Jacques Chirac...

Et  c'est un Président "en forme" ? qui se prépare à affronter les journalistes,  confie ce proche qui était du voyage présidentiel à Francfort pour soutenir l'équipe de France face au Brésil ..."Chirac n'est jamais aussi combatif que lorsqu'il est en campagne , affirme le ministre. Or le climat actuel où il s'agit de marquer de son empreinte les 10 dernier mois de quinquennat est un climat proche de celui d'une campagne"...

Quant au contenu, "le Président devrait se concentrer sur les questions internationales et européennes, tracer une vision du monde" , explique le ministre...Comprenez: pas de grands chantiers en préparation sur le plan intérieur...

Ce qui ne signifie pas que Jacques Chirac sera simple spectateur de la campagne présidentiel: "C'est un chasseur, dès qu'il sent l'odeur de la poudre, il entre dans le jeu". ..Un portrait en total décalage avec le Chirac décrit à longueur d'articles comme déprimé, déclinant, lâché par un entourage qui alimente ces mêmes articles peu faltteurs... "C'est tout l'inverse, dément le ministre, tout le monde fait bloc autour de lui et il est très en forme...Je ne vous aurais pas dit ça il ya quelques mois, mais aujourd'hui je peux vous dire qu'il est au top "....

Au top et en paix avec Sarkozy , d'après ce témoin privilégié de la vie de l'Elysée, qui affirme que "Sarkozy a compris qu'il devait cesser de cogner sur Chirac car il aura besoin de son adoubement le moment venu"....Un gentleman agreement qui semble bien fragile, tempère un autre grognard du Chiraquisme , convaincu que les contentieux sont trop nombreux entre les deux hommes pour que Jacques Chirac passe l'éponge... Une partie de l'entourage du Président le soupçonne de préférer faire gagner la gauche en 2007, plutôt que de transmettre le sceptre à Nicolas Sarkozy...

Antonin André

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article