Nicolas Sarkozy-Cartland

Publié le par blog-politique

Pour faire un Best-seller de l'été , il faut un héros dans la force de l'âge, prêt à tout emporter pour atteindre le pouvoir... Il faut un méchant , froid, perfide, cruel...Il faut un vieux sage, sorte de moraliste, de guide...Et il faut une histoire d'amour, tourmentée, à l'issue heureuse...Tous ces ingrédients sont dans le livre de Nicolas Sarkozy "Témoignage" ... Coup marketing soigneusement préparé (même si l'auteur s'en défend) et qui marque l'entrée en campagne du ministre de l'intérieur...

Le méchant c'est évidemment Dominique de Villepin ... Le premier ministre aux fréquentations douteuses (Jean-Louis Gergorin, Imad Lahoud, le Général Rondot, "les pieds Nickelés" de l'affaire Clearstream )...L'inventeur du CPE sur lequel Nicolas Sarkozy écrit aujourd'hui "J'étais persuadé que le CPE serait perçu comme injuste pour la raison simple qu'il l'était" ...

Le sage, c'est Jacques Chirac . Plus l'échéance de l'élection présidentielle se précise, plus Nicolas Sarkozy surjoue la déférence à l'égard de Jacques Chirac, multipliant les égards... "J’éprouve de l’admiration pour les qualités de Jacques Chirac. Son énergie, sa ténacité, sa force de caractère dans l’adversité… " , écrit-il. Qu'il semble loin le temps de la contre-garden partie et du discours au vitriol d'un Sarkozy comparant le président à Louis XVI ( "Je n'ai pas vocation à démonter tranquillement les serrures à Versailles pendant que la France gronde" )...Le petit Nicolas a toujours cherché l'adoubement du grand Jacques, et plus encore à l'approche de 2007 où il lui faudra rassembler derrière lui toute l'UMP, y compris les plus chiraquiens...

Enfin l'histoire d'amour tourmentée c'est évidemment "C." ...Pourquoi C.? "J'écris C. car encore aujourd'hui, près de vingt années après notre première rencontre, prononcer son prénom m'émeut", témoigne le héros soudain fragile. Cohérent, Nicolas Sarkozy assume une forme de mise en scène de sa vie privée tout en revendiquant une forme de pudeur... Une pudeur au nom de laquelle d'ailleurs C. refuse de s'exprimer sur leur histoire et a donc demandé à N. d'être son porte-parole dans le livre. Le chapitre s'achève sur cette prémonition : "Nous nous sommes retrouvés pour de bon, pour de vrai, sans doute pour toujours ". 

Entre les fins heureuses à l'eau de rose de Barbara Cartland et  "les histoires d'amour qui finissent mal, en général" des Ritas Mitsouko, l'avenir dira si N. et C. se sont effectivement retrouvés pour toujours...

Antonin André

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

palloporo 28/08/2006 11:48

Témoignages

2006!Année politiquement littéraire.Abondance volumétriques d'écritures symboliquement colorées d'appartenance idéologique de l'auteur.Le sujet du récit(prochaines élections) est le point commun de tous ces écrits exploitant les effets,négatifs ou positifs,d'une situation ponctuelle.Récits argumentés par la logique de la détention de la vérité,cherchant ainsi caution à sa philosophie.Tous ces récits,qui empuntent des chemins différents,arrivent tous à leur autre point commun,le but:être élu.Et une question se pose:pour qui écrivent-ils?Même un fan de la politique ne peut se payer tous ces bouquins.Alors on ne peut rétenir que les extraits que la presse veut bien nous faire part.De toute manière,on attendra que l'on nous en dise un peu plus sur les sujets contenus dans le programme de chacun des candidats.Pour le moment il n'y a rien nul part.Quant au "Témoignages" de M.Sarkozy,je suis vraiment déçu.A lire l'analyse du blog-titre,on pourrait dire que M.Sarkozy a abandonné le Balladurisme pour le Chiraquisme.Si c'est cela,c'est une énorme erreur de sa part.C'est un sujet à reflexion.Je solliciterais M.Sarkozy à une prise de position nette et précise sur ce qu'il appelle "La Rupture".