GDF-Suez : de l'enfumage des députés UMP

Publié le par blog-politique

"Travail remarquable", "hommage appuyé", "remerciements"... Bernard Accoyer, président du groupe UMP à l'assemblée, fait part de son admiration à l'égard du rapporteur du projet de loi Jean-Claude Lenoir. Un rapporteur qui a sorti de son chapeau non pas un lapin, mais un "plan B", aussitôt torpillé par un Bernard Accoyer relai efficace du gouvernement.

Petit retour en arrière...

Mardi soir , à la veille de la réunion du groupe UMP sur le dossier GDF-Suez, Jean-Claude Lenoir, encouragé par quelques dizaines de députés hostiles au projet du gouvernement, rend publique une alternative à la privatisation. En résumé, seules les activités concurrentielles de GDF (l'achat et le négoce de gaz) seraient privatisées pour être fusionnées avec Suez, tandis que les activités régulées de GDF (stockage, transport et distribution) resteraient dans le domaine public. Le mécano un peu compliqué en apparence ouvre une piste jusqu'ici inexplorée, et  reçoit du ministre de l'économie Thierry Breton le soir même,  un accueil bienveillant, sorte d'encouragement à poursuivre...

Mercredi matin, changement de ton. .. "Le plan B" fait pshitt... L'idée de Jean-Claude Lenoir est reléguée au rang d'hypothèse à expertiser au cours de l'été...Patrik Ollier, Hervé Mariton achèvent d'enterrer la proposition "Il n'y a pas de solution alternative au texte du gouvernement"... Enfin Bernard accoyer à son tour rend donc hommage à son rapporteur avant de balayer sous le tapis cette vague idée qui la veille encore était considérée comme "le plan B"...

Et de toutes façons, le même Bernard Accoyer affirme que désormais, l'écrasante majorité des députés UMP est  ralliée au projet gouvernemental . Y compris Nicolas Sarkozy qui le lui a confirmé par téléphone... Soutien discret du Président de l'UMP qui se garde bien de prendre position publiquement...Embarassé ...Il ya deux ans, lorsqu'il était ministre de l'économie, il avait pris l'engagement que l'Etat ne descendrait pas sous la barre des 70% dans le capital de GDF..

Bref tout il n'y a aucun autre projet que celui du gouvernement sur la table, personne ne s'y oppose plus ou presque dans la majorité, mais les députés sont tout de même encouragés par le gouvernement à investiguer des alternatives qui finiront en voies de garage...Laisser la porte ouverte au dialogue qui ne ménera à nulle part....Le gouvernement qui s'adresse aux députés c'est, en résumé, "cause toujours"...

Antonin André

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

mjr71 28/08/2006 11:38

Laissons faire les CA.

C'est quand même aux conseils d'administration des deux sociétés de trouver les solutions les meilleurs. Is avaient des entretiens a ce sujet bien avant l'anonce par le gvt. Le role du Parlement ne doit se borner qu'à l'acceptation ou au refus de la fusion.