FABIUS Y CROIT-IL ENCORE?

Publié le par blog-politique

Laurent Fabius se démène dans la dernière ligne droite des primaires, sans parvenir à inverser la tendance. Il espère encore pouvoir faire la différence à l'occasion des fameux débats télévisés du parti. Tout en dénonçant un verrouillage de la direction, qu'il accuse toujours de favoriser Ségolène Royal : "L'idée c'est qu'il ne faut surtout pas discuter du fond. On passe des heures à parler de ces débats pour savoir à combien de millimètres les candidats seront les uns des autres. De toutes façons François Hollande est totalement partial. sa position est intenable. Il y a un bourrage de crâne toute la journée".

L'ancien premier ministre compte faire des propositions centrées essentiellement sur le pouvoir d'achat, sa grande thématique de campagne. A ses yeux, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn sont proches idéologiquement alors que lui incarnerait une autre gauche. Reste à le démontrer aux militants. Mais pas question d'attaquer frontalement la madonne des sondages car il reconnait que "c'est très difficile de se battre contre une femme. Il faut faire attention à tout ce que l'on dit".

Seule vraie lueur d'espoir aux yeux de Laurent Fabius : un ralliement des troupes jospinistes. Pour l'instant c'est mal parti mais il veut y croire :"Beaucoup des amis de Lionel Jospin sont hostiles à Ségolène Royal et ils ne veulent pas soutenir DSK car il ne s'est pas bien comporté avec leur champion. Certains m'ont dit :"Il n'y a que deux hommes d'état dans ce parti, Jospin et toi". On n'a pas toujours été d'accord tous les deux mais nous avons en commun d'être des militants de longue date et d'avoir dirigé le PS. Aujourd'hui nos relations sont bonnes". Réalité ou méthode Coué? Il reste deux ou trois semaines pour savoir si on assistera à un afflux de soutiens jospinistes vers Laurent Fabius. Mais certains, à l'image de Manuel Valls, ont déjà rallié Ségolène Royal!

Frédéric Delpech    

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

mouette 21/10/2006 18:03

Si la France va mal, les 20 ans de socialisme en sont bien la cause et notamment les 35 heures!!! Quel recul : les français sont endettés comme jamais ils ne l'ont été, et de ce fait ils sont moroses. Tous les autres pays européens ont augmenté le travail hebdomadaire mais Martine Aubry a trouvé que "cela n'était pas bien". Bravo, vous avez complètement  mis à ZERO l'économie de la France, vous pouvez en être très fière vous et tous vos supporters. A votre place je ne me sentirais pas très bien... Il faudra des décennies pour sortir la France d'un tel marasme!

REHAL 21/10/2006 09:43

Laurent FABIUS a choisi de se distinguer en gagnant à gauche du parti mais cela a brouillé son image qui était longtemps celle d'un social démocrate proche en France de DSK ou de Tony Blair au Rouyaume uni.

Après avoir incarné le "non" au référendum sur la constitution européenne et affaibli de facto la France au sein de l'union, il lui est difficile maintenant d'être crédible pour faire gagner son camp en ralliant des sensibilitès centristes ou radicales de gauche au second tour !

Le maintien de François HOLLANDE à la tête du PS était déjà le pearl harbor de Fabius, qui a commis une erreur stratégique monumentale en ne prenant pas le parti ce qui l'aurait installé comme champion aux yeux de l'opinion publique. une erreur qui risque de lui être fatale et qu'un certain françois MITTERRAND n'aurait certainement pas commise, lui...

grandjules 20/10/2006 12:30

Très cher "Curieux", j'admire votre impartialité... Quand Sarkozy claque "quelques milliards", comme vous dites, c'est merveilleux; quand la gauche propose des dépenses qu'elle juge nécessaire, c'est forcément mal. Manichéisme, quand tu nous tiens!!

Votre topo sur les 35h est absolument inexact. Après la mise en application des 35h, ce sont 800 000 emplois qui ont été créés. Par ailleurs, 85% des employés passés aux 35h en sont satisfaits.

Vous êtes gonflé d'établir un lien entre les 35h et les affaires Renault Wielvoorde et Lu. On vous a peut-être expliqué le contraire à l'UMP, mais c'est manifestement FAUX.

Si le code du travail était un tel handicap comme les gens de votre espèce nous le répètent sans arrêt, on se demande bien pourquoi autant d'investisseurs étrangers choisissent la France (2e ou 3é rang mondial).

Vous faites l'erreur de ramener systématiquement la politique à des questions d'argent (ne prenez pas la peine de me retourner le compliment en l'inversant, je suis tout à fait conscient des exigences d'une bonne gestion publique). La CMU était une mesure nécessaire de justice sociale. Sinon, qui aurait empêché la droite de la supprimer. Les emplois-jeunes aussi étaient nécessaires. La preuve en est que la droite a fini par les rétablir.

Pour ce qui est de la gestion publique, je vous rappellerai simplement que la LOLF a été une loi votée par la gauche, alors n'allez pas dire que la gauche ne pense pas à améliorer les performances des administrations et des ministères.

Vous me parlez de GDF. Je maintiens qu'il est à la fois dans l'intérêt du pays et dans celui des consommateurs que la société reste publique. Même chose pour EDF, ses centrales nucléaires et la possibilité de ne pas couper l'électricité en plein hiver aux plus démunis.

Les journalistes, bons moutons de Panurge, répandent à l'envi cette idée dont vous vous faites l'écho que le programme de Fabius est "très à gauche", paléo-marxiste, diriez-vous même. Là encore, c'est faux. Il est seulement de gauche. Ce sont les autres qui se déportent soit vers l'extrême droite, soit vers le centre. Son programme met en avant le volontarisme politique, l'intervention de l'Etat là où c'est nécessaire (ni plus, ni moins). Il est effectivement du devoir de l'Etat d'impulser la politique de recherche (dans laquelle la France prend du retard), de garantir la laïcité. Il peut aussi être de son devoir d'intervenir en cas de délocalisation injustifiée (principe du délocaliseur-payeur). Ce n'est pas, comme vous le dites, "toujours plus de charges", toujours plus de contraintes, etc. C'est seulement garantir la justice et l'équité, refuser la loi de la jungle. Être de gauche, c'est simplement avoir une conception un peu plus exigeante du régalien.

J'ai toujours été surpris que des adeptes du "laisser-faire" comme n'aillent pas au bout de leur logique. Si vous voulez toujours moins d'Etat, supprimez donc la police, la gendarmerie, l'armée, les hôpitaux, l'école, etc.

 

curieux 19/10/2006 15:36

Très cher Grandjules (pas aussi cher tout de même que le programme socialiste),

J'ouvre une toute petite parenthèse pour dire que je suis entièrement d'accord avec le commentaire n°1 de Charles au sujet de l'article "Sarkozy le dispendieux". Il n'y a tout bonnement rien à voir entre les quelques milliards d'euros nécessaires à Nicolas Sarkozy pour améliorer le fonctionnement de l'état (et pouvoir ainsi dégager plusieurs dizaines de milliards d'euros d'économies en une mandature) et les dizaines de milliards d'euros gaspillés dans le programme socialiste sans se soucier à aucun moment de l'amélioration de la qualité des services publics.

contrairement à ce que vous avancez, le programme de Fabius a tout à voir avec le programme commun de 1981: les grandes lignes en sont:

Toujours plus d'impôts, toujours plus de charges, toujours plus d'état (sans aucune mesure destinée à vérifier que les budgets sont correctement employés), toujours plus de lois contraignantes... en bref toujours plus d'asphyxie de l'économie de ce pays et toujours plus de batons dans les roues à la création de richesses (sans laquelle il ne peut exister de politique sociale soit dit en passant).

Par ailleurs, contrairement à ce que vous dites, les finances ont été effroyablement mal gérées par DSK et Fabius entre 1997 et 2002. Parlons des 35 heures: Contrairement à la propagande que je lis parfois, les 35h ont détruit des emplois. En effet une loi ne produit pas ses effets à partir du jour où elle est votée, elle les produit à partir du moment où elle entre en application; or c'est au fur et à mesure que les 35h sont entrées véritablement en application dans les entreprises que le chômage s'est mis à remonter et que les délocalisations (Renault Wilvorde ou LU pour les plus emblêmatiques) se sont multipliées. Je ne vais pas m'appesantir sur la "cagnotte" gaspillée en mesures électoralistes alors qu'il y avait un déficit de 50 milliards d'euros, ni sur les bombes à retardement comme les emplois-jeunes d'une durée de 5 ans ou la CMU laissées lâchement au gouvernement suivant.

Concernant GDF, la minorité de blocage qui sera réservée à l'état par la loi garantit de facto l'intérêt supérieur de la nation (si tant est que l'on puisse parler d'intérêt supérieur de la nation pour une entreprise qui n'est qu'un distributeur de gaz par le biais d'une belle tuyauterie et non pas un producteur d'énergie).

grandjules 19/10/2006 10:36

Cher "Curieux", plutôt que de lancer des assertions sectaires sur les programmes des uns et des autres, vous feriez mieux de relire le "programme commun", les 110 propositions et ce que propose Fabius pour vous apercevoir que cela n'a rien à voir. Mais forcément, dès qu'on parle de renationalisation, vous poussez des cris d'orfraie, même si en l'occurrence, et dans l'intérêt supérieur du pays et de son avenir, il n'est certainement pas inutile de garder la maîtrise des outils énergétiques. SI vous trouvez que le programme socialiste coûte cher, allez voir dans ce blog le post intitulé "Sarkozy le dispendieux", et on en rediscute!

D'ailleurs, il est totalement aberrant de comparer 1981 à 2006. En 1981, la gauche n'avait pas exercé le pouvoir depuis 1956. Or, gérer les finances du pays se fait largement par l'expérience du gouvernement. Entre 97 et 2002 (mis à part les derniers mois où Jospin a vainement tenté de rivaliser avec  Chirac en matière de cadeaux préélectoraux et autres promesses dispendieuses), les finances ont été bien gérées, successivement par DSK et Fabius. Il n'en ira pas autrement l'an prochain.