A propos de jurys populaires …et autres propositions ..

Publié le par blog-politique

 De nombreux internautes reprochent aux  journalistes présents sur le plateau de LCI mardi soir , d’avoir  salué   la  prestation  de Ségolène Royal  . Nous avons  été unanimes,  , -toutes sensibilités confondues  à relever  que la présidente de la région Poitou-Charente  a su prendre  l’ascendant sur ses concurrents .Nous  avons réagi  de la sorte  face à  la qualité de sa technique  de débat, et à son  habileté politique  …Nous  avions bien noté que   la prétendante à l’investiture socialiste ne s’est pas montrée sous son  jour le plus aimable  , mais il faut savoir s’imposer , et cela ne se fait pas toujours en douceur … De même  avons  nous  relevé que  ce débat a essentiellement tourné autour de ses propositions  . La controverse soulevée   par sa suggestion de créer des jurys populaires  pour évaluer l’action des élus , en atteste ..Et ses adversaires ne manquent pas d’exploiter cet écart de langage . Ségolène Royal  va devoir « ramer  »  pour expliquer qu’elle ne  souhaite pas la mise  en place de  comités de salut public .. ou autres soviets ..de sinistre mémoire .. mais simplement  des jurys citoyens qui seraient tirés au sort .. ce débat-là n’est pas clos, loin de là …

 

Anita Hausser

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

JULES44 28/10/2006 15:44

DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ====JURY CITOYENS==REVOLUTION  POPULAIRE===CHAOS

 

Mirino 27/10/2006 18:15

 Ce que Ségolène Royal dénomme la 'démocratie participative' (comme si la démocratie par définition n'est pas participative) n¹est pas démocratique. Car choisir un jury populaire au hasard, de moins lorsque ce n¹est pas en accord avec les règles selon la justice, ne peut pas être démocratique. Il ouvre dangereusement en outre la porte à l¹abuse de pouvoir, ce qui fait penser, en effet, aux tribunaux révolutionnaires.La démocratie accorde le peuple le droit d¹élire périodiquement- selon la constitution- ceux qu¹ils estiment peuvent les représenter au mieux, localement ainsi qu¹au siège du gouvernement. De mettre cette procédure fondamentale en question est forcément de mettre la démocratie en question.'La surveillance sur la façon dont les élus remplissent leur mandat' n'est pas moins qu'un témoin de manque de confiance. Si les élus ont besoin d'être surveillés ils n'auraient pas du être élus.(Ségolène aimerait- elle être ainsi surveillée lorsque elle travaille?)Il me semble que l¹exploitation de cet argument faux pour encourager la méfiance du peuple par rapport avec les représentants qu¹ils ont choisi, soit une manière irresponsable et indigne d¹une candidate des présidentielles pour gagner la confiance et la complicité du peuple.Il est évident qu¹une telle procédure non valable risque de faire beaucoup plus de  mal que de bien.

Joseph 27/10/2006 16:47

Anita!      J'ai toujours été en admiration devant la pertinence de vos analyses. Là cependant, je ne peux cacher ma stupéfaction. Je me permets de le dire car, j'ai suivi le débat PS/PS dont vous parlez. Alors, je me pose une question: que vous arrive-t-il?  Il est évident que Mme Royal a manqué de profondeur dans l'analyse et donc est restée évasive, a éludé les questions , manqué de cohérence dans ses propos. Par ailleurs et en général, elle ne sait pas de quoi elle parle, quel que soit le sujet quel aborde ( "jury populaire", de la participation du public au Conseil des ministres, entre autres...). Et quand elle décide de répondre, elle dit des banalités, ce qui confirme son ignorance totale des sujets et, en fait, son incompéténce notoire en matière politique.  Elle est complètement vide! Fabius et DSK sont bien meilleurs et l'ont été lors du débat, et à force de le nier, vous finirai pas perdre votre crédibilité. Rien n'est plus avilissant pour un journaliste que la démagogie.

JULES44 27/10/2006 09:12

je voudrais appuyer  l'avis de Philippe, avec lequel je suis d'accord , le phénomène Ségolène est sinon construit mais entretenu, amplifié par les medias. De qui se moque-t-on quand vous dites que le débat ne tourne qu'autour des "idées" de Ségolène Royal quand vos questions ne portent que sur elles, avec interdiction de s'écarter ?

Mais DANGER de surfer sur la vague des medias car après le haut de la vague inéluctablement il y a le creux dans lequel on est happé et où il n'est pas possible d'échapper. Le jour risque de venir où la vague  recouvrira la surfeuse et l'enverra dans des profondeurs tout aussi injustement qu'elle l'a montée au firmament !

De plus au jeu du solitaire comment rassembler sa famille, après la partie?

 

Henri Varaud 26/10/2006 20:03

Et un nouveau lapin qui sort du chapeau





Bravo Madame Royal,

Un jury populaire pour surveiller les politiques? Qui va y siéger? Ma bignole, mon louchebem, mon loufiat du tabac du coin!!! Ou mieux un tirage au sort comme cela on pourra y voir un voyou bruleur de bus et dealer cagoulé, ou bien un extrémiste terroriste corse, et pour completer le tableau un pseudo révolutionnaire d'un collectif alter mondialiste(il y en a + de 700 en France d'aprés Bové) Et le Jury décide à l'unamité de ?????????????????

Nous disposons déjà d'un moyen de sanction ou de surveillance dans notre chère République, c'est le suffrage universel, malheureusement il a été dévoyé par nos chers énarques à force de langue de bois et de démissions politiques.

Au temps de la République Romaine, les consuls étaient élus pour un an,  les démagogues (disposant de la citoyenneté) jetés du haut de la roche Tarpéienne, et selon César ses pires ennemis étaient les fonctionnaires et les Bonis (conservateurs politiques).