CHIRAC NE CROIT PAS A ROYAL

Publié le par blog-politique

Confidence récente de Jacques Chirac à un ministre qui l'accompagnait en déplacement à propos de Ségolène Royal : "Elle va s'énerver dans les débats internes. Elle va devenir méchante et va perdre des points. Si elle dévoile sa vraie nature, ça peut faire mal par rapport à son image actuelle".

Visiblement le chef de l'Etat est en grande forme ces temps-ci et multiplie les petites phrases. Son rappel à l'ordre adressé la semaine dernière à Dominique de Villepin sur les conseils des ministres filmés ne doit rien au hasard. "Le conseil des ministres c'est vraiment le domaine du président, c'est le champ présidentiel. Chirac ne veut pas qu'on s'aventure sur ce terrain et n'a pas apprécié la proposition de son Premier ministre, poursuit ce ministre de premier plan. Il veut exister et peser dans le débat car, pour lui, le jeu n'est pas fixé pour 2007. Il veut exercer son mandat jusqu'au bout et décidera au dernier moment ce qu'il fera".

L'interview au Figaro est de la même veine. L'objectif du président de la République est de garder la main et d'empêcher Nicolas Sarkozy d'occuper le terrain et lancer sa campagne présidentielle. Mais pas question non plus pour lui de laisser Dominique de Villepin en première ligne. Et ses piques à Ségolène Royal sont aussi une manière de dire qu'il ne croit pas vraiment aux chances de la candidate socialiste pour 2007. La parole chiraquienne réserve encore bien des flèches contre les uns et les autres et montre bien qu'il ne se contentera pas d'inaugurer les chrysanthèmes.

Frédéric Delpech        

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

louis 19/11/2006 23:02

Il a tellement raison

 

www.paslesroyal.com

Pierre Lyon 08/11/2006 17:00

Bonjour,

Vous êtes libres de penser que J. Chirac soit un mauvais Président.

Lui, il est allé au 2ème tour en 2002, et a remporté l'élection à 82 %.

Il nous a évité une guerre en Orient, déclenchée par un Président américain désiquilibré !

Vous verrez en 2007 :

Ségolène mènera la Gauche (dont je fait partie...) à sa perte, en raison des divisions et de son sectarisme ; et, nous nous retrouverons avec Le Pen au 2ème tour.

Bien sur, l'inoxydable Chirac se présentera, il l'annoncera en janvier comme l'a fait son illustre prédécessseur F. Mitterrand. Les autres candidats de droite s'inclineront. Et il sera réélu.

Vous savez, les analystes politiques sont très loin de la masse électorale des banlieues et surtout de la Province, qui en ont ras le bol de l'insécurité et du chômage. Ce n'est pas la télé qui fait les votes, mais la réalité.

PL

Eric Gillot 02/11/2006 10:13

Chers vous,

Chichi, le vieux filou que les français aiment tant !   Quel talent pour se tromper à chaque fois qu'il ouvre la bouche !     Heureusement qu'il s'est mis en tête de défendre son copain Saddam, sinon on avait un bilan entièrement sous le niveau de la mer.    Bon, il faut quand même lui reconnaître un talent extraordinaire pour la mise en scène !    Regardez pour les contrats en Chine:   Tout les hommes d'affaires de monde savent qu'il faut souvent 1 an ou plus pour finaliser un contrat.   Chirac arrive, tout beau, et la presse tombe à genoux devant les grand homme d'affaire qu'est Jacques CHIRAC, comme si c'était lui qui avait mis au point les modalités financières:

Un peu de sérieux SVP, baratinor sera toujours baratinor.............

             

 

Eric Gillot 01/11/2006 15:48

Il est toujours attristant de voir une vieille bête de somme, croire que ses paroles vont être prises au sérieux, comme celles du messie.       Il est vrai que nous l'aimons bien notre sympathique vieux filou.             Mais nous savons aussi qu'à part son opposition à la guerre en IRAK, il s'est toujours trompé dans tout ce qu'il disait et faisait !

Et surtout il ne faut pas oublier qu'au jour d'aujourd'hui, ce que disent les politiciens, donne plutôt l'envie au peuple de faire l'inverse:            Souvenez vous de la constitution de Giscard approuvée par 95% des médias!

 

debattor 01/11/2006 11:09

on a tout dit et tout décrit sur Chirac, qui se réveille dès que l'odeur de la poudre électorale se fait sentir.

Il n'empeche, je reste saisi de voir comment le président redevient "bon", se comporte en patron, au fur et à mesure que l'échéance électorale approche.

De quel mal mystérieux Chirac aura-t-il souffert pendant ses présidences : totalement absent, en décalage complet avec la .population, taclant son camp en permanence, se laissant dominé par le caricatural Villepin, incapable d'impulser des réformes de fond et j'en passe.

En fait, Chirac n'aime que les combats. POur cette raison, le jour où Sarko fera allégeance et lui demandera son soutien, Chirac le laissera peut-être pendre la place. Le probleme, c'est que ce jour là, le soutien chiraquien sera sans doute un lourd fardeau pour incarner la rupture.

La quadradure du cercle pour Nicolas Sarkozy