La cassette de la discorde

Publié le par blog-politique

Pour l'entourage de Ségolène Royal, ça ne fait aucun doute: la diffusion sur internet de propos tenus par leur championne sur les enseignants en janvier dernier est signée. "C'est un coup de Dominique Strauss-Kahn. On en a la preuve. S'il le faut, nous en ferons état".

Il y a quelques semaines encore, les proches de la favorite expliquaient qu'il serait préférable que DSK arrive second, devant Laurent Fabius. Aujourd'hui, changement de ton. " L'essentiel est que Ségolène l'emporte largement dès le 1er tour. Le tiercé lui n'a aucune importance. Il faut que Dominique soit puni sur la méthode. Cela fait déjà un moment que l'on observe des manoeuvres contestables de ses lieutenants dans les sections"...  Entre les 2 camps, la guerre est déclarée. Un signe ne trompe pas: les royalistes en viennent à vanter le comportement de Laurent Fabius durant la campagne interne: " Laurent, lui, en est resté à des attaques politiques. Il y a bien eu des charges parfois virulentes, mais jamais de coups bas"... On croit rêver...

Sur le fond, les amis de Ségolène Royal adoptent la méthode Coué. " La diffusion de la cassette n'a aucun impact sur le vote interne. Il faudra sans doute s'expliquer à nouveau devant l'opinion, mais sur le corps électoral socialiste, les enseignants qui avaient choisi de voter pour elle ne modifieront pas leur vote". En sont ils vraiment persuadés? Pour riposter à la diffusion de la vidéo, les royalistes ont mis en ligne une version plus longue, censée atténuer la portée des propos de la candidate. Problème: cette fois, ce sont les premières minutes de l'intervention qui passent à la trappe. Ségolène Royal y parle des 35 heures de présence et ajoute "Je ne veux pas la (cette proposition) crier sur les toits parce que je ne veux pas me prendre des coups des organisations syndicales enseignantes"...

A 3 jours du scrutin, chacun s'attend à d'autres coups tordus. D'autres vidéos circulent déjà sur le net. L'une d'elles vise Laurent Fabius...

 Marie CROCCEL

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

grellety 15/11/2006 18:17

A l'ère du tout-image, comment s'étonner que des enregistrements vidéo pirate soient, et réalisés, et diffusés ? Il semble qu'il n'y ait que les candidats politiques pour ne pas le savoir - jusqu'à cet enregistrement de Mme Ségolène Royal. A t-elle dit ce qu'elle a dit ? Ou bien voulait-elle dire autre chose et mieux ? Ce qui importe, c'est ce qu'elle peut dire, aujourd'hui et maintenant, en tant que candidate, sur l'Education Nationale, le métier d'enseignant, etc. Est-elle claire sur le sujet ? Si elle ne l'est pas, les autres candidats du PS le sont-ils ? Ou le programme du PS ? Car c'est lui qui va nourrir substantiellement le programme du candidat ou de la candidate choisi(e). Et ce programme est clair, puisque l'Education est sa priorité...

geronimo 15/11/2006 10:39

C'est reconnu que DSK ne regarde pas les cassettes qu'on lui envoie par inadvertance. En plus sa femme n'a plus les manettes du pole Internet de TF1. En réalité ça doit venir d'un fournisseur de contenus piratés avec des bénévoles mal formés qui recollent les vidéo à la glu et qui spamment comme des bétes.

Eric Gillot 14/11/2006 17:18

Ma chère Mopsus,  Une fois n'est pas coutume, je suis tout à fait avec vous sur ce coup là.  Sauf qu'1 enseignant sur 5 me parait être un grand minimum.   Je vais vous confier la phrase leitmotive de mon enseignement à mes apprentis:  "ON NE DIT PAS -JE CROYAIS- ON DEMANDE"  et pour faire parler ce que vous appelleriez le populisme de Sartre "La liberté est inutile en l'abscence de celle des autres".

 

tpolux 14/11/2006 02:40

Beaucoup de profs, notamment en maths, proposent des cours particuliers. Je trouve celà honteux. De là à forcer les profs à rester dans l'établissement, quasiment avec des pions pour les surveiller, il y a une marge

Mopsus 13/11/2006 21:55

Mauvaise Foi

Au sens Sartrien, la peur du vide devant la prise de décision politique, après avoir constaté toutes les absurdités de notre monde, c'est de répondre en utilisant les trois composantes de cette Mauvaise foi: la duplicité ( "je ne voudrais pas passer pour leur ennemie et me mettre à dos les syndicats enseignants"...; l'opinion ( "ils sont feignants et vénaux"...) et enfin la croyance (" je crois au bon sens des français"...)

Il parait qu'un adhérent sur six au PS est enseignant.