les "?" de la candidature Sarkozy

Publié le par blog-politique

Nicolas Sarkozy doit-il quitter la place Beauvau une fois déclarée sa candidature à la présidentielle ?

"La question n'est toujours pas tranchée, on en discute", confie un membre de sa garde rapprochée.

 

 

Nicolas Sarkozy doit-il préciser sa ligne politique, gaulliste, libéral, social, populiste?

"La difficulté c'est de s'identifier sans se laisser emprisonner dans une approche, une idéologie, décrypte  ce proche du Ministre de l'Intérieur.  La ligne de Nicolas Sarkozy c'est un certain pragamatisme qu'il développe en mêlant les références et les sources puisées dans l'héritage de la droite"...

Le problème c'est que du coup il est parfois difficile de dégager une ligne de force de ses interventions, comme ce fut le cas à Saint-Etienne....

 

Quel est le meilleur moment pour se déclarer candidat à la candidature au nom de l'UMP?

Silence énigmatique du lieutenant du candidat...

Première hypothèse: une annonce de candidature rapide, dans la foulée du bureau politique de mercredi. Nicolas Sarkozy veut l'Elysée, il le dit depuis longtemps, inutile de tergiverser... Une mise en scène trop alambiquée dans un temps trop éloigné de la date d'ouverture du dépôt des candidatures n'aurait aucun sens, et ne serait pas comprise.

Deuxième hypothèse: une déclaration de candidature la semaine prochaine. Inutile de se précipiter. Dimanche sera marqué par un temps socialiste avec le congrès d'investiture de Ségolène Royal à la Mutualité...Mieux vaut attendre la fin de cette séquence pour officialiser la candidature Sarkozy...

 

 

Dernière question, quel moyen utiliser pour se déclarer?

"La forme n'est pas encore arrêtée", lâche ce proche du Ministre..

 

 

Les paris sont ouverts.

 

Antonin André

 

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

dirand 26/11/2006 23:26

vu le comportement des chiraquiens avec SARCOSY il ferait mieux de quitter le gouvernement. il sera aussi plus a l'aise pour parler de rupture. qu'il parte apres le 14 janvier.

Kevin 25/11/2006 06:33

Au début, j'aurais plutôt répondu non à cette question: un ministre de l'intérieur probable candidat à la prochaine élection présidentielle, peut tout à fait encore gérer son portefeuille à 5/6 mois de l'échéance mais il faut dire que je commence à penser que la frontière entre les deux rôles de M.Sarkozy est devenu bien mince.

D'abord parce que chaque décision de ce ministère devient la parole du futur candidat et pas celle du gouvernement dans les consciences du public et ensuite parce que chaque fait divers fait une passerelle sur la réactivité de M. Sarkozy alors qu'il est aisée de voir que M. Le Pen, M. Bayrou, Mme. Royal ou Mme. Voynet dénoncent tout autant ces violences.

Quid donc de ce paradoxe entre un candidat qui se veut le premier des candidats en matière de sécurité et un ministre qui est en constante confrontation avec une insécurité grandissante?

Pour revenir sur la question américaine, je dois dire que ce qui a fait le plus de bruit, càd la photo, m'a amusée mais ne m'a pas choquée (la décoration de Poutine en France par contre oui) mais faut-il revenir sur cette phrase où il parlait de l'arrogance de la France pour ne pas se poser des questions bien tranchantes sur sa vision des Affaires étrangères et sa vision gaulliste (ça m'amuse beaucoup ça aussi)?

D'ailleurs pourquoi un ministre de l'Intérieur se rend-t-il aux USA alors que nous avons un ministre des Affaires étrangères. Je ne savais pas que les pompiers avait tellement besoin de M. Sarkozy? Pourrez-t-on me renseigner sur les raisons de sa présence?

Et enfin la petite touche finale, celle de la lettre au ministre de la justice et de la remise en cause des juges qui là, pour le coup, m'a profondément énervé car complétement inaproprié. S'il veut juger les juges, bon lui fasse et les citoyens jugeront. Mais la lettre n'avait pas à être faite ni à être relayé dans la presse. M.Sarkozy l'a très bien dit: il est un homme et il a un avis sur la question. Mais en sa qualité de ministre il se devait d'éviter de donner son avis sur une affaire qui n'était pas sous son autorité.

D'où mon jugement final: Ses positions de candidats et ses positions de ministre n'ont pas une frontière assez visible pour qu'il puisse garder son portefeuille ministériel.

Merci de m'avoir lu.

Eric Gillot 24/11/2006 15:55

Cher Charles, Je suis tout à fait d'accord avec vous à propos de ce que vous dîtes sur les états-unis et l'anti-américanisme prîmaire, comme sur le problême posé par les mosquées fondamentalistes.   Je suis aussi de votre avis en ce qui concerne la responsabilité des socialistes au moins égale à celle de l'UMP concernant l'intégration communautaire.   En fait je suis d'accord avec toute votre analyse des problêmes à traiter et sur le fait que le PS n'a vraiment aucune lecon à donner.    Si l'on m'avait demandé, il y a un an, pour qui je voterais aux présidentielles, j'aurais dit: SARKOZY !     D'autre part,  Je n'ai jamais dit qu'Emmanuel TODD, Max GALLO et Jaques MARSEILLE avaient le même jugement sur SARKOZY que moi, mais ils ont la même analyse de la société française et des raisons qui font le succès de Sarko et Ségo.     MAIS............ 1° Je ne comprend pas pourquoi le contribuable français va avoir à financer la construction des mosquées, ou alors il faudra financer les Temples de toutes les autres religions.  Il est quand-même moins onéreux de, par exemple, leur offrir des locaux désaffectés qui pullulent en France et/ou de raccompagner les Imams en Arabie Séoudite.    2°  J'ai constaté que le néttoyage proné par Mr Sarkozy en banlieue et que j'approuvais en partie, n'a été QUE verbal.    3°  Les CRS ont autre chose à faire qu'à rester à 100 mètres des voitures qui brûlent,  à faire des controles d'identités, il est sûr qu'à cette distance là ils ne risquent pas de commettre de bavures !    4°   Mon expérience personnelle et le fréquentation de dizaines de chefs de PME m'a convaicu que la FRANCE ne pourrait s'en sortir sans une refonte complète de la socio-fiscalité française qui surtaxe le travail et sous taxe le reste, cela depuis trente ans.    En fait, le premier qui proposera ENFIN une fiscalité INCITATIVE à l'embauche, (moins de prélèvements sur les salaires que sur les bénéfices et éventuellement TVA sociale, anti-importations) comme dans tous les économies Européenes plus dynamiques que la nôtre:   Je voterai pour celui là, car toute reprise autre que conjoncturelle ne peut venir que de là.

charles 23/11/2006 15:17

Cher Eric Gillot (et SolidaireEnSomme car je pense, à la lecture de vos messages, que vous ne formez qu'une seule et même personne),

 

Je ne vous cache pas ma déception de vous voir sombrer dans tous les travers que vous dénonciez auparavant. Je me souviens d'un certain nombre de vos messages où vous regrettiez les attitudes manichéennes et où vous vous vantiez de savoir apprécier les gens de qualité de droite comme de gauche au-delà de leurs étiquettes politiques.

 

Les propos que vous tenez à l'encontre de Sarko correspondent très précisément aux caricatures dressées par ses opposants les plus dogmatiques et malhonnêtes. Je crois pouvoir vous affirmer que Max Gallo ou Jacques Marseille (que vous citez fréquemment) n'approuveraient en aucun cas vos propos et que leur opinion à propos de Sarko est à des années-lumières de la vôtre.

 

A propos des Etats-Unis, Sarko a eu l'occasion, à Périgueux et à Saint-Etienne notamment, d'expliquer ce que devait être la nature des relations France- Etats Unis, à savoir des relations d'amitié  mais en aucun cas de vassalité ou de soumission; la France a vocation à défendre ses intérêts et ses points de vue dans une indépendance totale vis-à-vis des Etats-Unis. On est  donc loin des caricatures débilitantes que quelques esprits simplistes ont essayé d'accréditer. L'anti-américanisme obcessionnel ne vaut quère mieux que l'admiration béate du modèle américain. Sarko ne tombe dans aucune de ces deux impasses.

 

Pour ce qui est du communautarisme, vous pouvez être totalement rassuré, Sarko l'a condamné avec autant de force que vous-même. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir comment remédier au développement de mosquées clandestines et fondamentalistes crées dans des caves ou financées par de l'argent des milieux intégristes saoudiens. Une politique permettant aux musulmans de pratiquer leur religion de façon visible (et non plus dissimulée) et dans le strict respect des règles de la République ne me paraît pas stupide. La vrai faute originelle revient aux socialistes qui ont laissé se développer des communautés diverses sans se soucier de leur intégration ni de leur respect des règles de la République. La lutte contre le communautarisme commence d'abord et avant tout par une politique d'immigration cohérente et maîtrisée; c'est le seul moyen de garantir le respect du droit et de la laïcité ainsi que le respect à l'égard des gens que l'on accepte d'accueillir. De ce coté-là, les socialistes auraient plus de leçons à recevoir qu'à donner.

elfique01 23/11/2006 13:57

Bonjour,

Je suis très satisfaite de l'enthousiasme de Mr Sarkozy sur les divers problèmes de notre société.

J'espère qu'il ne se laissera pas influencé sur les critiques qu'il reçoit. Mr Sarkozy doit s'accrocher et se présenter aux élections présidentielles.