LA STRATEGIE ROYAL

Publié le par blog-politique

A peine investie par le Parti Socialiste, Ségolène Royal a déjà préparé sa stratégie de campagne. Selon l'un de ses proches elle ne se lancera pas dans un combat frontal avec Nicolas Sarkozy : "Elle continuera de faire comme pour la primaire interne socialiste : pas d'attaques directes contre son adversaire. Elle ne répondra pas à chaque déclaration de Nicolas Sarkozy. Elle laissera le soin à d'autres, dont François Hollande, de s'en prendre au président de l'UMP. Elle refuse d'entrer dans un combat de boxe car ce n'est pas son truc. C'est la meilleure chose à faire ; cela va déconcerter Nicolas Sarkozy qui ne saura pas comment l'attaquer. En fait, elle l'affole". 

En attendant Ségolène Royal peaufine sa stature internationale pour déminer à l'avance les critiques sur sa connaissance des dossiers internationaux. Après le Proche-Orient, elle se rendra sans doute aux Etats-Unis mi décembre pour le Congrès du parti démocrate à l'invitation de la nouvelle présidente de la chambre des représentants Nancy Pelosi. "Cest parfait car ce congrès se déroule à New-york. Cela lui évitera d'aller serrer la main de Georges Bush, ce qui n'est pas bon pour son image"poursuit ce même proche qui ajoute "elle entend cultiver l'intérêt qu'elle suscite à l'étranger. On arrête pas d'avoir des demandes d'interview de la presse internationale. C'est incroyable".

Jusqu'à la fin du mois de janvier, la candidate travaillera une phase d'écoute et de dialogue, avec des déplacements en France, des participations à des forums et des confrontations avec la société. Puis,début février, elle devrait faire ses propositions concrètes pour la présidentielle et détailler son projet. Alors s'engagera ce que son équipe appelle une "bataille de conviction" pour emporter l'adhésion des Français. Toujours avec sa marque spécifique : la réactivité permanente pour ajuster son discours. "Et tant pis si ça nous conduit à des changements rapides, comme l'annulation de participations médiatiques à la dernière minute parce qu'elle n'en voit plus l'intérêt. Ce sera une campagne électorale d'un genre nouveau, plus moderne. Bien sur elle fera quelques passages obligés comme des meetings ( avec comme le veut la tradition socialiste la dernière réunion publique avant le premier tour à Nantes) ou l'organisation de comités de soutien, mais on va chercher à innover".

Mais l'optimisme qui règne actuellement dans l'équipe Royal ne devrait pas durer. "Attention à cette phase d'euphorie, elle peut être trompeuse. Il y aura des évènements, nos adversaires seront redoutables et elle n'est pas à l'abri d'une faute. En fait la vraie question est de savoir si elle est vraiment sur une grosse vague porteuse qui va durer. C'est encore trop tôt pour savoir..."  Une question que tous les observateurs se posent également...

Frédéric Delpech  

  

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

Badji 11/12/2006 00:03

Decidement ce Mr a vraiement la maladie de la boujote, il est partout et il a reponse à tout. finalement c'est ça qui pose probleme. "Seul les tonneaux vides font du bruit". Sarkozy il a peut être toutes les qualités du monde (intelligent, competent, ....ect..). mais il a un handicape de taille: les gens ne l'aiment pas. c'est triste mais c'est comme ça. il parait qu'il cherche à apparaitre plus "tranquile" et zene mais comme on dit "chasser le naturel il revient toujours au galop".

²cindi 21 05/12/2006 08:52

Bien certainement ,étant incapable de tenir un débat sans dire de bêtises elle ne veut pas de confrontation!!Elle n'a pas d'idées et a besoin d'avoir les réponses avant les questions!

badou 04/12/2006 12:40

Il est à se demander si les journalistes savent poser les bonnes questions et interrogations. Pourquoi une telle accusation? J'ai écouté la radio et parcouru bon nombre de journaux en ligne, nullement je n'ai vu quelqu'un (e) demander aux membres de la droite qui s'insurge; particulièrement François Fillon, si Mr Phillipe Douste Blazy est fréquentable: lui qui prône qu'il faut compter avec l'Iran. Pourtant, qui ne connaît pas le dessin de  Mahmoud Ahmadinejas  à prpos d'Israël. Quel est le journalise qui ose dire au clan sarkhozyste que la France court un grave danger si on laisse des hommes politiques prendre position pour telle ou telle communauté?

 

 

Eric Gillot 01/12/2006 12:03

Cher Frédéric Delpech,     Vous verrez bientôt par vous même que ceux qui demandent le plus les débats de fond dans ce blog, sont ceux qui restent exclusivement et en permanence dans le jugement de valeur.     Hier soir chez Arlette Chabot, j'ai été séduit par Nicolas Sarlozy, qui à été génial  par sa maitrise des "dossiers", la sympathie affichée, le courage à prendre des décisions impopulaires qu'il est aussitôt capable de nous montrer comme indispensables, bref un monstre sacré de la communication.     Beaucoup de ces idées sont d'ailleurs compatibles avec celle de Mme ROYAL.     La différence essentielle étant que Nicolas nous à vendu l'Amérique et que Ségolène nous vend la Scandinavie.        Je me garderais de jugement de valeur au sujet de la société Américaine ou je suis allé travailler (manuellement) il y a vingt-cinq ans. Disons simplement que ce n’est pas ma tasse de root-beer.    Il reste que les propositions de Nicolas ont le mérite d’être une vraie rupture même si le transfert des charges sociales vers un autre type d’impôt a été habilement éludé par le candidat.    « Gouverner, c’est choisir ses priorités ».    Pour guérir une économie malade du cancer, il faut opérer.    L’opération de notre économie c’est d’enlever cette tumeur qui nous tue depuis trente ans : L’INCITATION à THESAURISER plutôt qu’à embaucher.     Cette incitation à un nom :   Des taxes sur les salaires les plus élevées du G7 !    Des taxes sur les salaires plus élevées que les impôts sur les bénéfices !     Des taxes qui disent aux patrons en toutes lettres : « N’embauchez surtout pas, nous vous encourageons plutôt à vous offrir une résidence secondaires ». Raymond BARRE nous avait déjà prévenu en 1975 que

la France

ne s’en sortirait pas sans une réduction magistrale des impôts pénalisant l’emploi !

 



Trente deux ans plus tard RIEN n’a toujours été fait.     Serions-nous les microcéphales de l’Europe ?     Nous attendons toujours cette réponse essentielle de la part des deux candidats.

spah 01/12/2006 09:28

Il me semble que hier soir Mr Sarkozy a démontré qu'il avait compris le jeu ou le positionnement dans le débat de Mme Royale. Lui-même aura vanté ses qualités (qui le valorise aussi par effet miroir), mais a tout de suite expliqué en quoi il était différent sur la méthode. Il s'est bien gardé de toute attaque personnelle du genre "regardez ce qu'elle a fait en Poitou" ou sur l'image religieuse dont se gave (pardonnez moi l'expression) actuellement la presse - c'est à celui de vos confrères qui fera la plus belle allégorie sur la mère, la vierge et j'en passe... Mais il a parlé des concepts, l'ordre juste, et du dialogue et de la décision politique face à la méthode de l'écoute.