Sale Saint-Valentin pour Ségolène Royal

Publié le par blog-politique

Le proverbe dit qu’un malheur n’arrive jamais seul. Ségolène Royal a pu en vérifier la pertinence ce mercredi 14 février. Pour tout le monde, la journée des amoureux. Pour elle, une journée à marquer d’un pierre noire. Petit récapitulatif.

 

1/ Enième cafouillage avec la presse : c’est probablement le moins grave. Mais les journalistes qui couvrent la campagne de Ségolène Royal commencent à s’agacer sérieusement des conditions imposées par son staff. Agenda communiqué au dernier moment, limitation du nombre de caméras pour les télés, de micros pour les radios, d’appareils pour les photographes : deux de chaque, pas plus ! Et tant pis pour les autres, à eux de s’organiser. Résultat : hier, les journalistes ont passé leur journée à courir après la candidate. Pas terrible pour la sérénité – et la qualité – de la couverture.

 

2/ Les sifflets des enfants : au stade de Bondoufle, Ségolène Royal a été accueillie par les huées des tribunes, majoritairement peuplées de scolaires de sortie pour la journée. Ont-ils été encouragés par leurs enseignants ? Manifestaient-ils simplement parce qu’ils auraient préféré voir les rugbymen du XV de France sous le soleil plutôt qu’une candidate à la présidentielle sous la pluie ? Ségolène Royal a parlé de « joyeux chahut ». Peut-être. L’image est néanmoins fâcheuse. 

 

3/ La démission d’ Eric Besson  : le secrétaire national du PS à l’économie et à la fiscalité a claqué la porte. De loin, le plus ennuyeux. Est-il parti en raison de divergences sur le chiffrage du programme de la candidate ? Ou parce ce qu’il n’était pas satisfait de sa place dans la campagne ? Ou encore simplement après un rappel à l’ordre un peu sec de François Hollande ? Personne évidemment ne croit aux « raisons personnelles ». L’affaire fait désordre. Et les explications mi-gênées (Jean-Louis Bianco), mi-énervées (Jack Lang) des proches de Ségolène Royal n’arrangent pas les choses. Quand on sait que dans le même temps du côté de l’UMP, la tonitruante Nadine Morano a été de fait privée de parole, sans tapage, et sans que personne ne s’en émeuve, on ne peut que constater la différence de maîtrise entre UMP et PS.

 

 

4/ Les mauvais sondages : deux nouvelles enquêtes parues en fin de journée ce même mercredi noir (BVA et CSA) donnaient encore Nicolas Sarkozy largement en tête. Respectivement 53-47 et 54-46 au deuxième tour. Pas d’effet Villepinte. Et il s’agit des vingtième et vingt-et-unième sondages consécutifs dans le même sans ! Au PS, on veut rester zen. On souligne que la candidate gagne un peu au premier tour. Il faut attendre la fin du mois, répète-t-on (voir texte précédent). Et de parier sur l’impact du passage sur TF1 lundi 19 ("Jai une question à vous poser"). Bref, Villepinte devait tout changer. Maintenant c’est le rendez-vous suivant.

 

L’espace d’une journée, hier on se serait crus renvoyés un mois en arrière, quand Ségolène Royal enchaînait les gaffes et subissait chaque jour un nouveau coup de ses adversaires. Une séquence à l’origine de sa forte baisse dans les sondages. Qui se souvient qu’elle est longtemps restée en tête, il y a seulement quelques semaines ? Les sondages ne disent probablement pas tout et l’histoire des élections présidentielles impose de rester prudent. Mais beaucoup d’éléments - et les acteurs eux-mêmes - indiquent que le sort de cette élection-ci est peut-être en train de se jouer en ce moment. Rendez-vous dans quinze jours.

 

Guillaume Deblé

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

lucie 21/02/2007 13:50

c'est toujours intéressant de voir que les journalistes ont toujours tort. ils ne sont pas parfaits, certes , et sont sans doute plus sensibles à l'image que d'autres, mais ils ne sont pas responsables des "erreurs" commises par l'un ou l'une!

non, je n'ai pas digéré que la justice chinoise soit un modèle pour nous! il suffit de lire un peu.

femme, je n'accepte pas plus qu'une femme se serve de son sexe pour empêcher les critiques que je ne l'accepterais d'un homme à mon égard. LA CRITIQUE EST SAINE.

finalement, l'intéressant, c'est que les projets des 2 principaux candidats d'aujourd'hui, sont des projets de société complètement différents. J'AIMERAIS BEAUCOUP QUE ,MAINTENANT,NOUS PUISSIONS TRAITER CE SUJET.

laura 19/02/2007 22:29

votre partialité n'en finit pas de me surprendre."difference de maitrise entre ps et ump"dites vous.Mais comment ne pas penser plutôt à une différence de couverture médiatique.Vous n' avez de journaliste que le nom et de plus en plus cette profession perd toute crédibilité.Cette campagne est une honte et une remise en question de vos pratiques et de votre capacité(volontaire?) à être manipulés par l'équipe de sarkozy seraient bienvenues.Un peu de déontologie .Merci.

Laurent 18/02/2007 15:32

J'en ai marre de la propagande soviètique anti royal ! Personne ne parle des tensions à l'UMP, de la folie de Napoléon le petit, des promesses irréalistes.

Vous dénigrez Ségolène. Vous insistez sur son "incompétence". Vous ne parlez pas du fond !

P.B.R 16/02/2007 20:04

Il y a quelquechose qui interpelle ? Pourquoi n'a -t - on pas entendu un tapage médiatique sur la mise en veilleuse de Nadine Morano... Les journalistes politiques auraient dû faire leur travail et faire du bruit... C'est pas possible de voir ça! A non non non, c'est vraiment pas possible! 

philippeA 15/02/2007 18:57

s'il y a toutes ces conditions pour faire son travail(deux micros,deux caméras etc....)ne pas s'interesser va les radoussir meme les dompter (sarko président)tout le monde sera ravi