Royal : la clé des 3% ?

Publié le par blog-politique

« Bien sûr, Ségolène Royal peut gagner ! ». C’est un proche de Dominique Strauss-Kahn qui parle. Il ne fait pas partie du premier cercle de l’équipe de la candidate, ne cache pas son scepticisme sur la campagne, mais n’en est pas moins persuadé que la victoire est possible.

« Tout se joue sur 3% pour assurer la deuxième place, explique-t-il. La clé, c’est de passer le premier tour. La cible, c’est la gauche baladeuse. Ceux qui sont allés vers Bayrou, revenus vers Royal, puis repartis... En gros, ils représentent trois points dans les sondages. C’est l’objectif. Pour les convaincre, il faut leur dire deux choses : 1/ que la victoire de Bayrou sur Sarkozy au 2e tour n’a rien d’évident, malgré les sondages, car il aura du mal à rassembler sur son nom, notamment à l’extrême-gauche 2/ qu’en conséquence, s’ils choisissent Bayrou ils prennent le risque d’éliminer la gauche, avec un espoir de gain minime et sans aucune garantie de faire évoluer le PS dans un sens social-démocrate comme ils le souhaitent. » Et de se montrer optimiste : « Pour le moment, elle est à 23/24, Bayrou à 19/20, ça devrait passer : avec le vote utile, elle a bouffé tout la gauche. Dans les derniers jours, il suffit qu’elle insiste sur ce qu’elle est, sa spécificité, qu’elle résume. Il ne sert à rien de vouloir aller chercher des voix à gauche, ou même d’attaquer Sarkozy : il faut juste essayer de ramener une partie de ceux qui sont passés chez Bayrou. »

 

Et notre « analyste » se veut aussi confiant dans la perspective d’un second tour Royal / Sarkozy. « Car là le « Tout sauf Sarkozy » pourra jouer à plein. A la différence de Bayrou, Ségolène Royal serait elle au cœur du jeu : pile entre l’extrême-gauche et le centre, et donc mieux à même de rassembler les anti-Sarko. »

 

Une confiance raisonnable qui n’empêche pas les critiques sévères sur la manière « royaliste » de faire campagne. Tout y passe : le Contrat première chance improvisé à quelques jours de l’anniversaire de la chute du CPE (« il fallait le faire ! »), les relations avec les éléphants du PS («elle ne laisse aucun espace, mais elle ne comprend pas que tout le monde ne monte pas automatiquement en première ligne pour la défendre quoi qu’elle dise comme sous Mitterrand »), le manque de réflexes pour riposter à Sarkozy (sur la polémique inné/acquis notamment), jusqu’aux messages censés galvaniser le parti (« au dernier Bureau national, tout le monde était consterné »).

Et de livrer ironiquement la livraison du jour du SMS quotidien que la candidate adresse à ses troupes : « Ca se gagne sur le terrain. Avec vous, porte-à-porte, au contact de chacun. Volonté, sérénité, solidité. Amitiés, Ségolène. » Des messages, des formules, un vocabulaire qui font sourire au PS. Mais qui seront vite oubliés en cas de victoire…

 

 

Guillaume Deblé

Publié dans blogpolitique

Commenter cet article

UNIAT René 20/04/2007 22:49

La politique étant l'art de gérer la citée

et toute démocratie ne peut être fondée sur la séparation des pouvoirs

Qu'en est-il de notre République ?

Le coup d'état permanent...

En tant que socialiste

1 - Bien avant le 22 avril 2002 j'avais tenté à plusieurs reprises d'informer L. JOSPIN que certaines sections socialiste refusaient de faire la campagne des présidentelles et de législatives et que leurs ordres venaient de Paris...Un responsable de la campagne de JOSPIN en réunion ; s'est vanté plutard d'avoir intercepté mes courriers et de les avoir jeté à la poubelle mais F. HOLLANDE lui les avait bien reçu...Mais il fallait éliminer Jopin et tenir en laisse les autre prétendant pour que Ségolène puisse être la candidate du parti.

2 - Aprés ces terribles élections pour le PS., calculées par certains de ses responsables , de nombreux militants ont exigé de nos responsables que le parti s'attache à élaborer un projet afin que celui-ci soit prêt pour ces élections. Résultat à quelques mois des élections Ségolène nous ficelle un projet à géométrie variable, fondé sur les attentes de quelques milliers de citoyens en majorité sympathisants...Lorsque l'on veut devenir Présidente, je pense que c'est pour l'ensemble des habitants du pays. Un projet pour la France, pour l'Europe et pour la France dans le monde, ne se bâti pas avec quelques copins et quelques copines ; compbien même seraient-ils issus de l'ENA.

3 - Déjà bien avant ces trahisons du 22 avril 2002 ; je m'opposais déjà aux rapprochements que tentaient certains de nos élus d'en haut avec la droite afin de créer leur super parti politique au centre et continue à le faire en opposant aux Spartacus et aux Graques ; eux mêmes abusés par les ambitions de ces élus socialistes qui prétendent représenter ce courant.

Créer un super parti au dessus de tous les autres afin de réunir les forces vives du pays , quoi de plus beau ?

Si cela avait était fait dans la clarté et bien avant les élections cela eut été formidable

Mais attendre les élections et créer ce parti avec tous ceux qui par seules ambitions personnelles auront durant des années profité des strutures du Parti Socialiste ainsi que de celles de l'UMP, pour ensuite mieux les trahir ainsi que leur militants ; reléve pour ma part d'un certain manque de probité. Dans le cas où il existerait un doute pourquoi ne l'ont- ils pas créer plutôt ? dès 2000 ou encore après les élections de 2002 leurs réseaux et forces étaient déjà suffisantes. Pourquoi avoir accepté de participer aux différents gouvernemets de gauche comme de droite, alors que leur objectifs politique étaient déjà ailleurs ?

4 - Le seul bilan politique qui en ait résulté :

C'est Monsieur De Mongolfier , qui en a eu le courage de le faire sur  une chaine télévisée . A la question qu'auriez vous fait ou dit à la place de monsieur Burgaud lorsqu'il était devant nos députés. A la surprise générale...celui-ci a tout simplement dit qu'il leur aurait répondu : " Messieurs je n'ai rien à vous dire" !

La politique en démocratie ou en république qui se veut démoncratique, c'est ça et celà ne peut être que ça ; mais hélas pour nous cela n'est plus.

La Séparation des pouvoirs ! et l' on ne peut être juge enquêteur et partie à la fois pour juger notre justice, d'autant plus si l'on a la charge en tant qu'élus de donner les moyens en textes , matériels et personnels afin que notre justice puisse remplir sa mission. Ce qu'aucune Assemblée et aucun gouvernement n'a jusqu'à présent voulu le faire ; il est vrai que Jospin avait commencé à le faire.

R. U.

 

 

 

 

Erasme de Metz 20/04/2007 17:22

c'est amusant comme tout le monde réclame de la politique autrement et que lorsqu'ils l'on sous les yeux (Ségolène Royal), ça perturbe et on ressort de vieux critères de jugements ... mais en effet, si elle gagne (j'allais écrire à l'ancienne: quand elle aura gagné), je n'ose imaginer les commentaire louangeurs sur sa campagne

Allez votons Ségolène Royal, que l'on parle enfin du choix de société, qu el'on fasse ce débat qui nous échape depuis si longtemps

 

Mekil 18/04/2007 00:10

Mr Bayrou ne sera pas duppe soyez en sur. Voyez css bonnes reactions apres les declarations de Mr Kouchner et Mr Rocard.

Ce soir sur Tf1 il a bien fait comprendre qu'il n'etait pas la troisieme roue du carrosse mais bien un des quatres pretendants a l'affrontement final.

Allez voir des videos de lui en banlieue discutant a batons rompus en plein air avec des jeunes et haibitants..c'est autre chose que Mr Sarkozy avec ces tireurs d'elites dans son bunker avec une vingtaine de jeunes, surtout d'ailleurs, qui n'ont pas l'age de voter au vu des jeunes presents...bravo...

 

Bref mon choix est fait je voterai Bayrou de toutes mes forces ce dimanche..faites en de meme...vous verrez les reves sont superbes quand ils deviennent realite.

barbé 16/04/2007 17:25

Comment peut-on critiquer autant Bayrou, dire que c'est DUPONT et DUPOND en le comparant à SARKOZI et envisager une alliance avec l'UDF?

Sauf si c'est la panique au sein du PS et qu'on est prêt à faire, dire, n'importe quoi, pour arriver à la présidence de la république.

Pauvre fille... pauvre PS... j'espère que Bayrou ne sera pas duppe.